<

+33 6 67 01 05 11

Nous suivre :

InMeOut

AlimentationCure d’hiver : et si on mangeait ?

Cure d’hiver : et si on mangeait ?

Les cures d’hiver ont chaque année le vent en poupe. À quoi servent-elles vraiment ? Comment peut-on les utiliser et surtout, quelle est la manière de réaliser une cure pour que celle-ci soit vraiment à notre bénéfice ? Je vous propose aujourd’hui un élément de réponse… Cure d’hiver : et si on mangeait ?

Les cures : un besoin… marketing ?

La détox est un argument marketing qui fonctionne toujours aussi bien, mais notre organisme est bien fait, et sait tout gérer lui-même, y compris sa propre détoxication…

Nos organes se régénèrent seuls. Les cellules de notre peau se dégradent rapidement, tous les 4 à 5 jours. Le temps long joue, quant à lui, pour les cellules de notre foie qui se régénèrent tous les 400 à 500 jours. Chacun son rythme.

Souvent la cible de cures « détox » hivernale, le foie, par exemple, filtre le sang et élimine les détritus de celui-ci et de l’organisme en les « dégradant » pour les rendre inoffensifs et les envoyer dans les selles ou les urines. Non seulement il se régénère seul, mais en plus il ne garde rien puisque son rôle est d’évacuer les toxines… Et c’est exactement la même chose pour les reins, la peau et les poumons, organes qui eux aussi, expulsent les toxines… Alors, une cure pour se purifier ? Mais pourquoi ?

Pourquoi faire une cure d’hiver ?

Certes, le foie nous est absolument essentiel, puisque s’il n’élimine plus les détritus… ils finissent par nous empoisonner, lentement mais sûrement. Or, cette situation est extrême et n’arrive que si vous avez une pathologie spécifique. En bonne santé, les scientifiques s’accordent pour le dire : vous n’avez pas vraiment besoin de « purifier » votre corps. 

En revanche, il peut être intéressant de l’aider à se régénérer tous les ans, justement, pour repartir sur de bonnes bases. 

Cela permet de prendre en main un état de fatigue qui traine un peu, une année où la comfort food a répondu (très) présente à l’appel, etc. pour rééquilibrer votre balance acido-basique et votre écosystème intestinal, en général. 

C’est à ça qu’une cure — entre autres — peut servir. Elle n’est pas là pour détoxiquer nos organes ou les sauver (encore une fois, en conditions « normales », ils se débrouillent très bien par eux-mêmes). Mais elle est utile pour encourager, stimuler notre corps et notre organisme en leur procurant une aide bienvenue, surtout quand ils sont sursollicités par l’hiver (et LA COVID… !)

Comment faire une cure hivernale ?

On parle de « cure », car en général on décide de se concentrer, pour une courte période, sur certains éléments dont notre corps manque. C’est une bonne idée. Rien ne sert de se gaver quand on sait exactement quoi faire.

Alors, commençons par la base. Je vous propose, de vous concentrer sur quelques micronutriments essentiels :

  1. Les oligo-éléments, et le magnésium en particulier, pour aider l’organisme à gérer la baisse d’énergie due à l’hiver : il se bat contre les températures, les virus, le moral un peu plat, la fatigue, bref, une faiblesse immunitaire que le manque de soleil et de lumière favorise. 
  2. Les omégas, et les oméga-3 spécifiquement, qui tiennent un rôle primordial dans le bon fonctionnement des systèmes nerveux, cardiovasculaire et immunitaire. Ils régulent les inflammations ponctuelles (liées à un effort sportif, par exemple) et permettent à votre organisme d’accueillir bien mieux des efforts réguliers. 
  3. Les vitamines, surtout la vitamine B, essentielle, elle aussi, pour maintenir le métabolisme énergétique, lutter contre le stress, etc. Pensez B1 (légumes secs, riz brun, flocons d’avoine, levure de bière…), B2 et B3 (œufs, poissons, laitages, levures…), B5 (champignons, lentilles, gelée royale…). 

Préventive, curative, connaissez-vous la micronutrition ?

La cure hivernale — ou automnale d’ailleurs — est souvent proposée en gélules. C’est plus simple, et ça nous évite de fournir un trop gros effort pour nous remettre d’aplomb…

Cure d'hiver : et si on mangeait


Cure d’hiver : et si on mangeait ?

Mais très honnêtement, je trouve dommage de ne pas se concentrer consciemment sur la cure que nous décidons de faire. 

L’objectif n’est pas de se gaver de micronutriments en gélules, mais de prendre conscience de ce que notre corps nécessite. Et de prendre soin de lui. Notre cure d’hiver se trouve dans nos assiettes, tout simplement : autant la manger, non ?

Le magnésium, les oméga-3, la vitamine B sont présents dans les aliments. Prendre le temps de mastiquer, se faire plaisir avec de la « bonne bouffe », faire plaisir à ses yeux, à ses papilles (sauf si la version no1 du COVID a affecté notre goût…) ?

Du magnésium ? Pensez cacao, oléagineux, fruits secs et céréales complètes, mais aussi bananes, légumes verts et poissons et fruits de mer.

Les oméga-3 ? Pensez graines (de chia, de lin, de Grenoble…) et huiles végétales (colza, noix, cameline…).

La vitamine B ? Pensez B1 (légumes secs, riz brun, flocons d’avoine, levure de bière…), B2 et B3 (œufs, poissons, laitages, levures…), B5 (champignons, lentilles, gelée royale…).

Apprendre à maitriser votre alimentation vous intéresse ? N’hésitez pas à prendre, dès maintenant, contact avec moi pour une première consultation gratuite !

Up
logo noir inmeout

Bienvenue chez InMeOut

L’expertise d’une femme pour les femmes!
L’objectif : valoriser votre image intelligemment, à chaque étape de votre vie.

Monday to Friday 09:00 - 20:00 hrs
Saturday 09:00 - 18:00 hrs
Sunday 09:00 - 18:00 hrs